Interview Natacha Audier par Sophie de Whatsop

Whatsop : http://whatsop.net/interview-5-natacha-audier/

Photos Simon Legendre : http://www.simonlegendre.com

Natacha Audier

On te découvre un peu sur ton site mais peux-tu te présenter en quelques mots ?

Je suis Natacha Audier, créatrice de bijoux depuis juin 2013 et avant ça, j’ai été peintre,

photographe, décoratrice… Que des métiers en relation avec l’art.

Et puis, j’ai monté ma boîte de création de bijoux.

IMG_0016 copie

Tu as exercé plein de métiers différents. Comment t’es venue l’idée et/ou l’envie de créer des bijoux ?

Parce que j’aime bien les bijoux mais que je ne trouvai pas forcément des choses que j’aime ou accessibles

à mes prix. Je voulais créer des bijoux qui me ressemblent. Donc au départ, c’était vraiment pour me faire

des bijoux et les porter. En en faisant quelques-uns puis en les montrant, on m’a dit qu’il fallait que je continue.

Ce qui m’intéressait vraiment, c’était de les faire de mes mains. A part la peinture que j’ai exercée pendant dix ans

et la décoration où j’ai fait pas mal de patine murale, tout ce que j’ai fait, ce n’était pas de mes mains.

Ça m’a beaucoup manqué. Je voulais revenir à ça et le bijou me paraissait un super bon compromis pour travailler

des choses petites, les faire à la main, les créer, les imaginer.

Et ma prochaine étape, ce serait de les fabriquer entièrement.

Là tu assembles ?

Là j’assemble. Il y a de la création parce que c’est un métier d’assembler et d’imaginer un collier.

Mais c’est pour ça que je ne fais pas de bagues parce que je voudrais vraiment les créer en 3D.

Je voudrais les fabriquer de mes mains dans un vrai atelier dédié. J’ai déjà quelques idées.

Est-ce que tu avais déjà une formation ou est-ce que tu t’es lancée en te disant « J’apprendrai sur le tas » ?

J’avais pas du tout de formation. Je me suis dit « Je vais essayer et je vais voir ». Je vais voir d’abord

et pas me dire de suite créatrice de bijoux. Je vais voir si je suis capable de le faire.

C’est vrai qu’au début, c’était un peu compliqué surtout dans les fournitures parce que tu ne sais pas trop ce dont a besoin.

Je savais que je voulais faire des bijoux en argent mais je n’étais pas au courant de toutes les petites attaches possibles.

C’est surtout en parlant avec les vendeuses que j’ai trouvé mes systèmes.

en direct

Tu as mis combien de temps à te rôder ?

J’ai mis quelques mois. Les premières collections, je les ai toujours et j’ai beaucoup de respect pour elles.

Mais aujourd’hui, je peux dire que c’est beaucoup plus abouti. Pas encore au point où je voudrais que ce le soit.

Mon travail n’a plus rien à voir avec ma toute première collection qui pourtant a beaucoup plu. Cette collection-là,

aujourd’hui, quand je la regarde, je me dis « Comment c’est possible que ça ait marché ? »

La finesse, sur ton site et tes créations, émaille tout ton travail. Pourquoi c’est un critère important pour toi ?

Pour avoir commencé par des bijoux un peu moins fins, je me suis rendu compte finalement que plus c’était fin,

plus ç’avait l’air précieux et fragile. Féminin. Il y avait une part de douceur qu’il n’y avait pas dans mes premiers bijoux.

C’était là-dessus que je voulais travailler. Mais c’est surtout quand j’ai trouvé cette toute petite perle en lapis que là,

ça a été déterminant. Ça a débloqué un truc. Il y avait donc bien des matières premières qui me permettraient de faire

ce que j’aimerais faire. Ça a été une super rencontre entre les matériaux et ce que j’avais envie de faire.

Bracelet Far Away

Une chose que j’aime beaucoup dans ton travail, c’est que tu tiens à ce que les bijoux

s’accordent à l’humeur, l’envie, au style des femmes qui les portent. Tu les ensorcelles ?

Je leur permets de faire ressortir leur émotion. De mettre le doigt sur une sensation en portant tel ou tel bijou.

Je pense que c’est ce que tout le monde cherche à faire avec les bijoux. Non seulement, apporter une

émotion en les voyant, mais de pouvoir aussi faire sortir quelque chose en les portant. De marquer une identité.

Tu te verrais dans le futur rencontrer une cliente et lui créer son propre bijou ?

Complètement. J’aimerais vraiment faire ça. Je voulais même commencer comme ça, par des bijoux uniques.

Personnalisés. C’est un défi. Comme quand j’étais décoratrice et que j’imaginais un intérieur. Mais pour le début,

c’était trop compliqué à mettre en place. Quand je me ferai un peu plus connaître, ce sera beaucoup plus simple.

Qu’est-ce que ça a changé pour toi de lancer Natacha Audier ?

Ça a été très compliqué. Beaucoup de gens me disaient « Lance ta marque avec ton nom ». J’écoutais, je disais

« Oui oui » mais c’est comme si je m’interdisais de le faire. Le fait de m’être décidée a été un énorme pas en avant.

C’est mon identité. Et maintenant, de me dire que j’ai lancé Natacha Audier, il y a un côté très effrayant parce que

je me suis vraiment mise en avant. Il n’y a personne d’autre ou le nom d’une marque qui va faire écran.

Et du coup, je me sens en première ligne. C’est super excitant, effrayant mais aussi beaucoup plus cohérent.

sa signature

Qu’est-ce que dans tes bijoux tu as envie de transmettre ou de dire aux femmes ?

Peut-être de les rendre libres. Je pense qu’on est libre mais d’être libre de choisir. Qu’elles s’accomplissent.

Ce que j’aimerais pour chaque femme ? Qu’elles soient toutes ces femmes en une. Amoureuse, romantique,

rebelle, urbaine, aventurière… Tout en même temps. Parce que c’est ça une femme. Tellement de choses,

tellement complexe et en même temps, tellement simple pour nous quand on sait qui on est même si

pour les hommes c’est compliqué . Mais qu’elles soient libres d’être tout ce qu’elles ont envie d’être.

Donne-moi une caractéristique de toi que tu n’as jamais perdue.

L’envie de créer.

Trackbacks and pingbacks

No trackback or pingback available for this article.

Leave a reply